Lockheed L18 "Lodestar"

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES :

Envergure 19,95 m
Longueur 15,20 m
Hauteur 3,60 m
Moteurs 2 x Wright <<Cyclone>> 1200 CV
Passagers 14 + 2 cabin + 2 crew
Poids à vide 5760 kg
Poids au décollage 9530 kg
Vitesse max. 415 km/h
Vitesse de croisière 380 km/h
Rayon d'action 1800-2850 km
constructeur Lockheed Aircraft Corporation  Burbank (California)
Premier vol (photo) 21.9.1939

 

DONNÉES HISTORIQUES :

Civile :

Les familles des Lockheed L12, L14 et L18 furent construites de 1933 à 1945 à des milliers d'exemplaires et ont détenu pendant des années quantités de records d'exploitation et de performances.
En 1936 un L12 bat le record de traversée des USA, il est plus rapide que les chasseurs de l'époque.
En 1938 le célèbre Howard Hughes bas le record de vitesse autour du monde en 3 jours et 17 h. aux commandes d'un L14. Il restera l'avion de ligne le plus rapide du monde jusqu'à l'arrivée du Lockheed Constellation.
Rapide et rentable, le L18 est acheté à des centaines d'exemplaires par de nombreuse compagnies comme Pan Am, TWA, Northwest, KLM, British Airways, LOT, Air France et SABENA.

Après la guerre en 1945, la SABENA réouvre la ligne Léopoldville-Bruxelles avec un L18 Lodestar. (cfr. + bas)

En guerre :

Ils seront utilisés à des milliers d'exemplaires (6486 !) sous les versions "Hudson", "Ventura" et "Harpoon" pour des missions de bombardement, transport, lutte anti-sous-marine. C'est un Hudson qui abattit le premier avion allemand tombé sous les coups de la RAF. Des Hudson attaquèrent les cuirassés Scharnhorst et Gneisenau. En 1942, le roi d'Angleterre cède son Lodestar personnel aux services secrets britanniques qui le versent au Squadron 161. Il effectuera des opérations clandestines au coté des Lysander. Il transportera les plus grands chefs de la résistance francaise, comme Charles De Gaulle, Francois Mittérand, Jean Moulin ...

 

B) Histoire des Lockheed à la Sabena :

                           

Le Lockeed est un avion important de l'histoire de la Sabena. Pendant la guerre, il a représenté la volonté des Sabeniens exilés au Congo, de continuer le combat aux côtés des alliés, malgré l'occupation de leur pays.

Extraits de L'histoire des avions de la Sabena", par A. Vanthemsche, publié par l'AELR: 

" La déclaration de guerre, le 3 septembre 1939, met fin à la plupart des activités aériennes de la SABENA en Europe. Après l'armistice du 25 juin 1940, les avions de la SABENA sont mis à la chaîne. Au mois d'août, tous ces appareils, basés à Oran et à Alger, sont confisqués par Vichy et remis aux Italiens (Regia Aeronautica et Ala Littoria). Toute la flotte d'Europe a donc disparu dans la tourmente..."

En Afrique: "La colonie, sous la conduite énergique du gouverneur général Pierre Ryckmans, décide de continuer la lutte aux côtés des britanniques. De facon tout à fait inattendue le potentiel aérien sera renforcé de deux Lockheed L-14 "Electra".... Deux avions à la disposition du gouvernement de Vichy firent route vers Madagascar: "Au cours du vol retour, les deux avions font une escale technique à Elisabethville (Lumbumbashi)... L'occasion était trop belle et comme mesure de rétorsion pour l'acte arbitraire de Vichy, le gouverneur général Ryckmans fait saisir les deux Lockheed "Electra". Ils sont immatriculés au Congo. Le F-ARIY devient le OOCAG et le F-ARIV est immatriculé OOCAH. Ils sont mis à la disposition de la SABENA. La légende veut que les pilotes Van Opstal et F. Henquin, sans aucune préparation, font décoller les Electra...

Les avions SABENA sillonnent sans cesse le ciel africain depuis Takoradi jusqu'au Caire et depuis Elisabethville jusqu'au Cap. Ainsi, au cours de la Conférence Impériale à Brazzaville en février 1944, sous la présidence du général de Gaulle, les personnalités francaises ne sont pas seulement transportées par des avions francais, mais les Lockheed OOCAG, OOCAS et OOCAV sont également de la partie.

En Europe, après le débarquement du 6 juin 1944. "Un des soucis du gouvernement Pierlot était le rétablissement des liaisons entre la colonie et l'Europe." Le 13 septembre 1944, un premier vol a lieu entre Léopoldville (Kinshasa) et Londres, via Lagos-Casabianca Lisbonne. Le chef-pilote Jo Van Ackere est aux commandes d'un Lockheed. La liaison avec Bruxelles ne se fait pas, car la capitale vient à peine d'être libérée et la Belgique était encore à l'arrière immédiat de la zone de guerre. Il faudra encore presque un an pour assister à la première liaison entre Léopoldville et Bruxelles. Le 8 juillet 1945, le OOCAV quitte Léo et arrive à Bruxelles le 10. L'appareil a suivi la route Gao, Aoulef, etc....Le 14 juillet la liaison en sens inverse vers la colonie a lieu via Alger et Lagos. Les premières liaisons vers Londres et Paris, le 1er septembre 1945 se font aussi en Lockheed.